✨ LA LIVRAISON EST OFFERTE À PARTIR DE 40€ D'ACHAT ✨

Un collant qui ne comprime pas le ventre : ça existe, et c’est une sacrée avancée pour les femmes

Nov 23, 2021

 » Mon collant me comprime le ventre »

 » L’élastique me scie la taille »

 » La ceinture me coupe la circulation « 

 » Mon collant est trop serré dès que je mange un peu « 

On ne sait pas vous, mais ce fameux collant qui comprime la taille nous rappelle furieusement d’autres pièces de lingerie bien plus anciennes…

Corsets trop serrés ou le bonheur d’être une femme au 19e siècle

Dans la famille des sous-vêtements inconfortables, on appelle le Corset, qui a sculpté la silhouette de générations entières de femmes… quitte à nuire à leur santé tant il comprimait la taille et les côtes !

Vous vous rappelez de cette scène de Pirate des Caraïbes dans laquelle Keira Knightley s’évanouit à cause d’un corset trop serré ? C’était plutôt fréquent à l’époque.

Corset trop serré et soleil des Caraïbes ne font pas bon ménage

Malgré cela, la mode du corset a duré des siècles. Alors certes, il a connu quelques évolutions : par exemple, en passant à une silhouette « en sablier » au 19e, il a cessé d’aplatir la poitrine (youpi !). Mais la taille de guêpe étant toujours de mise, l’inconfort et les risques pour la santé ont perduré.

Finalement, ce n’est qu’à partir des années 1920 que le corset a peu à peu fait place à la gaine (qui modèle toujours le ventre et les hanches mais plus en douceur) mais aussi à la guêpière et enfin aux fameux ensembles culotte/soutien-gorges…

Soutien-gorge et gaine : la lingerie dans les années 50

Et les collants dans tout ça ?

Lancés dans les années 50 aux Etats-Unis, les collants n’ont pas connu un succès immédiat. D’abord, parce que les bas portés avec des porte-jaretelles faisaient très bien le job. Ensuite, parce qu’on jugeait les collants peu sexy et… (on vous le donne en mille) : inconfortables.

Ce n’est que dix ans plus tard, avec l’essor de la minijupe, qu’on a fini par les trouver plutôt pratique, ces collants.

Twiggy, icônique mannequin des années 60 en collants et mini-robe babydoll

Mais quid de l’inconfort ?

On part souvet du principe qu’un collant est naturellement élastique, et que  » qui dit élastique, dit seconde peau pour tout le monde  » (d’ailleurs c’est pour ça qu’on appelle un collant… « collant »).

Ce qui est vrai… en partie : la plupart des collants sont en nylon et élasthanne, deux matières naturellement extensibles.

Mais qui dit maille élastique ne signifie pas  » peut convenir à tout le monde quelle que soit la taille ou les mensurations ».

En fait c’est assez logique : les maillots de bain aussi sont élastiques et ça ne signifie pas qu’un même maillot ira à tout le monde, bien loin de là.

C’est la même chose pour les collants !

Résultat :

  • un collant peut nous aller en longueur mais être trop serré à la taille
  • un collant peut nous aller jusqu’aux cuisses mais être trop étroit pour nos hanches de déesse
  • un collant peut nous aller le matin, quand on n’a pas encore mangé et qu’on est debout dans notre penderie, et devenir très inconfortable quand on est assise à son bureau et qu’on a pris un petit-déjeuner.
  • etc, etc.

Bref, vous l’avez compris : vous n’êtes pas la seule à vous sentir comprimée dans vos collants et à parfois regretter ce choix vestimentaire dès 10h du matin.

Mais alors, que faire pour ne plus être serrée dans ses collants ?

Prendre ses collants 3 tailles au-dessus ? Vous risquez alors de vous retrouver avec des jambes trop longues qui vont pocher aux chevilles ou aux genoux.

Revenir aux porte-jaretelles et aux bas ? Pourquoi pas, si cela vous correspond. Par contre, c’est exclu avec les minijupes, robes ou short (à moins que ce ne soit l’effet désiré). Et idem pour les bas autofixants.

Heureusement, de plus en plus de marques de collants proposent des collants conçus pour ne pas comprimer la taille : ceinture découpée au laser, collant à taille réglable…

Chez REV Society, on a opté pour des collants qui ne comprime pas grâce à une ceinture ultra-large et élastique, type legging de yoga.

Et au risque d’employer une formule un peu vue et revue, l’essayer c’est vraiment l’adopter. D’abord, ça tient ; pas besoin de remonter le collant dans la journée. Ensuite, il y a zéro compression et zéro effet gainant : on oublie réellement qu’on le porte ! Bref, la liberté absolue, du S au 3XL.

Un peu comme quand Jack Sparrow délivre Elizabeth Swann de son corset et qu’elle peut à nouveau respirer.

Optez pour l’option qui convient le mieux à votre style et à votre mode de vie : dans tous les cas, on vous souhaite de ne plus jamais avoir à porter de sous-vêtements gênants ❤️