Tadaaaaa !

Bienvenue sur notre premier article de blog !

Si vous êtes arrivée jusqu’ici, c’est sans doute que vous avez déjà entendu parler du projet REV Society. Peut-être même que vous avez déjà regardé la vidéo que nous avions publiée sur le sujet (si ce n’est pas le cas, on vous la remet à la fin de cet article ;). Mais comme on avait envie de vous en dire encore plus (plus d’histoires, plus de sujets qui nous tiennent à coeur) on a créé ce blog : le Blog du Turfu.

« Nous », c’est Aurore & Laetitia. On s’est rencontrées pendant nos études à Bordeaux, il y a quatre ans. Alors on ne va pas vous raconter de salades, comme quoi ça a été le coup de foudre amical, l’osmose instantanée de l’entrepreneuriat associé. Non, pas tout à fait. Mais c’est bien là qu’a débuté notre bout de chemin ensemble : dans la même école, les fesses assises sur les mêmes bancs de la même salle de classe.

Nous en cours, face à notre avenir professionnel incertain

Et quelques temps après, nous nous sommes retrouvées : dans la même ville (dans la même rue en fait) pour notre stage de fin d’études, à travailler dans le même secteur : la MODE.

Aaaaaah la Mode. On l’aime. On l’aime pour sa créativité, débordante et géniale, et aussi parce qu’elle peut devenir un formidable moyen d’expression. Vous avez déjà regardé Nouveau Look pour une Nouvelle Vie ? C’est un peu ça aussi, la magie de la mode.

Mais on aime aussi la détester. Parce que, comme très bien illustré dans Confession d’une Accro au Shopping, elle peut nous rendre esclave de nos désirs et de la consommation.

Et, contrairement à ce que dit le film, ça n’a rien de mignon. Pire : ça pollue la planète. Et ça…

On vous épargne ce topo, parce qu’on Sait que vous Savez et que finalement le sujet aujourd’hui c’est : oui d’accord, mais alors keskonfé ?

C’est la question qu’on s’est posée, à la fin de nos stages respectifs. Qu’est-ce qu’on fait, après 32 pauses déjeuner passées à discuter de shampooings secs sans emballage et de la nécessité ou non d’introduire des lombrics dans le compost. A se féliciter de nos réflexes éco-citoyens, avant de retourner travailler pour l’une des industries les plus polluantes au monde.

C’est là que l’idée a germé. Enfin disons plus exactement, qu’elle a été semée. Parce qu’il a fallu deux ans, vingt-quatre mois de gestation paisible, avant qu’elle n’émerge pour de bon : on allait créer notre propre marque.

Les grandes marques de mode (pour lesquelles on aurait sûrement adoré travailler, il y a quelques années), ont beaucoup (beaucoup) plus de moyens financiers pour opérer le changement vers l’éco-responsabilité. Mais elles sont aussi plus lentes, plus difficiles à manoeuvrer. Elles obéissent à des impératifs que les petites marques n’ont pas.

Donc on s’est dit qu’à notre échelle, on serait déjà heureuses de travailler au quotidien pour faire changer la mode. Parce que fort heureusement, on est de plus en plus nombreuses à rêver d’une mode stylée, mais avec des valeurs !

Donc on se retrousse les manches, et on a bien l’intention de faire notre part du boulot. Et on sera encore plus heureuses si on est bien accompagnées 🙂