❤️ DESTOCKAGE : TOUS NOS COLLANTS À 5€ EN CE MOMENT - fermeture définitive de la boutique le 16/06 à minuit
Le pourquoi du comment des collants – Episode 2

Le pourquoi du comment des collants – Episode 2

Il y a deux semaines on vous racontait pourquoi on avait eu l’idée de faire des collants écologiques.

Avec quelques chiffres à l’appui et aïe, ça pique il faut bien le dire

Aujourd’hui on sait donc :

  • que les collants ne survivent que rarement à plus de 3 ou 4 utilisations (bonjour le portefeuille) 
  • et qu’inévitablement, ils finissent par rejoindre la masse de nos déchets (plastiques !!!)(bonjour la planète !!!)

A l’heure où on est de plus en plus nombreuses à faire des efforts quotidiens pour passer au zéro-déchet (la gourde, les cotons lavables, l’oriculi et les culottes menstruelles TMTC), c’est quand même pas terrible terrible. 

On est d’accord

Alors, nos collants écolo, en quoi sont-ils faits ? 

Nos collants sont tricotés dans un fil de nylon re-cy-clé. Comme ça, on utilise ce qui existe déjà, sans consommer de nouvelle matière première. En prime, la fabrication de nos collants nécessite 80% moins d’eau et émet 90% moins d’émissions de CO2 que celle de collants classiques ! 

« Recyclé », d’accord, mais à partir de quoi et par qui ? 

Le fil recyclé que nous utilisons est conçu à partir de déchets industriels : en gros, ça signifie que les fabricants de fils récupèrent leurs propres déchets (tout ce qui est jugé impropre à l’utilisation). Et qu’au lieu de les détruire ou de les jeter comme de coutume… ils en font un nouveau fil, tout beau tout neuf, qu’on peut utiliser pour nos petits collants. 

Du coup, ça réduit leur impact sur l’environnement en même temps que le nôtre !

Et c’est fabriqué où ? 

En Italie ! Parce qu’on a voulu faire au plus proche de chez nous, minimiser autant que possibles les transports et vous garantir la meilleure qualité possible (tout en restant accessibles !). Sur le papier ça fait beaucoup de contraintes… mais il se trouve que par bonheur, le savoir-faire du nylon recyclé est bien implanté chez nos voisins Italiens, au même titre que celui de la confection de beaux collants. 

Mais pourquoi ne pas faire de collants dans des matières naturelles ? 

On nous a beaucoup posé cette question… et c’est tout à fait normal ! On est comme vous et on rêve de faire un jour de jolis collants en coton, en lin ou en chanvre. Sauf qu’à l’heure actuelle il n’existe malheureusement pas de procédé permettant de fabriquer un collant « voile » (c’est à dire avec un peu de transparence, le plus communément porté) en fibre naturelle… 

Notre but aujourd’hui est donc d’offrir la meilleure alternative possible. Mais on va bien sûr chercher à améliorer encore et encore l’impact de nos collants sur l’environnement ! Cela passe principalement par des innovations dans les matières… on suit donc tout cela de très très près.

Et en attendant, on vous prépare un petit topo sur les différentes matières textiles qui existent, leurs avantages et leurs inconvénients (à l’usage et pour l’environnement). Le tout dans une série de vidéos qui sortira en septembre !

Et l’emballage ? 

On a aussi beaucoup planché sur le sujet du packaging : souvent les collants sont vendus dans des sachets plastiques (hop, poubelle), dans une boîte carton (poubelle aussi) et s’ils arrivent par la Poste, c’est dans un sac plastique également…

On a donc limité l’emballage de nos collants au strict minimum. Ils seront livrés chez vous dans leur plus simple appareil (donc sans plastique), cerclés d’une bague en carton (c’est nécessaire pour inscrire toutes les mentions obligatoires, mais aussi pour différentier les tailles et les modèles), avec un joli papier de soie pour les protéger. Le tout, dans une belle enveloppe en kraft naturel, que vous pourrez garder. 

Et après ?

L’éthique et l’écologie ne passent pas uniquement par la matière recyclée, mais aussi par la durabilité. C’est pour cela qu’on a à coeur de vous offrir des collants de qualité, qui vous accompagneront le plus longtemps possible… 

Et une fois qu’ils vous auront fidèlement servie (et on vous fera des tutos pour repriser les collants et leur trouver de nouveaux usages aussi, promis), on vous proposera de les récupérer pour les reprendre en charge ! Parce qu’on estime que c’est aussi notre responsabilité. 

On vous en dit plus très bientôt. Rendez-vous dans deux semaines pour un nouvel article sur ce sujet !

Le Pourquoi Du Comment Des Collants – Episode 1

Le Pourquoi Du Comment Des Collants – Episode 1

Si vous le voulez bien, on va faire comme dans les films, parce que c’est quand même plus classe. Invoquons donc ici le *flashback*

Juste un petit voyage dans le temps

Nous sommes donc un samedi début mars 2019. Le genre de weekend à la météo bien déprimante, digne d’un programme chocolat-chaud-sous-la-couette-avec-netflix.  

Sauf que… que nenni.

Armées d’un bloc-note, de mugs de thé bien fumants et de nos cervelles en ébullition, nous sommes bien décidées à sauver la planète. L’objectif de la journée, en une question : 

A quel problème s’attaquer ? 

On a, à vrai dire, pas eu à chercher bien loin. Car le collant s’impose assez rapidement : produit largement utilisé, très vite transformé en déchet non recyclé et… pour lequel il n’existe aujourd’hui pas d’alternative dans notre beau pays. 

Car oui, les collants c’est du nylon

Et le nylon, c’est une sorte de plastique issue du pétrole

Cette chose-là, qu’il vaut mieux arrêter 
de faire flamber 

Et oui, tout comme nous, vous connaissez très (trop ?) bien ces collants que l’on trouve actuellement. Objet de crise de nerf et de désespoir quand on l’enfile à peine pour se rendre compte qu’il est déjà troué/filé/déchiré. Et que l’on finit donc par jeter.

Presque un produit jetable, comme les mouchoirs. Sauf que eh bien… c’est du plastique. Et qu’il n’est pas marqué en gros sur l’emballage « Produit jetable en plastique ».

Et c’est quand même ballot.

On a donc fait quelques recherches pour savoir, vraiment, si ces collants avaient réellement un impact. Ou si nos petits cœurs d’écolos s’éprenaient d’un sujet finalement assez peu important. 

Eh bien accrochez-vous, car on va parler chiffres & absurdité, et on peut vous dire que l’on a dû faire une tête à peu près comme ça…

« Ah oui tout de même ! « 

Donc : 

1 collant représente 14 000 mètres de fil de nylon (oui oui, tout ça)

Chaque année, 104 millions de paires de collants sont jetées (oui oui, tout ça encore)

Ce qui représente plus de 7000 tonnes de déchets par an (oui oui oui ça continue à faire beaucoup)

Qui mettront plus de 600 ans à se décomposer (si ça n’est pas brûlé)

Voili voilou.

Vous les trouvez un peu trop gros ces chiffres ? 

Nous aussi !

On s’est dit que ça faisait intensément-énormément-beaucoup. Et qu’il était sûrement possible de faire quelque chose pour améliorer un peu la situation…

Maintenant que l’on tient notre suspense, suite au prochain épisode : 

Le pourquoi du comment des collants – Episode 2, Comment concevoir des collants écologiques 

Notre Histoire

Notre Histoire

Tadaaaaa ! 

Bienvenue sur notre premier article de blog ! 

Si vous êtes arrivée jusqu’ici, c’est sans doute que vous avez déjà entendu parler du projet REV Society. Peut-être même que vous avez déjà regardé la vidéo que nous avions publiée sur le sujet (si ce n’est pas le cas, on vous la remet à la fin de cet article 😉 ). Mais comme on avait envie de vous en dire encore plus (plus d’histoires, plus de sujets qui nous tiennent à coeur) on a créé ce blog : le Blog du Turfu

« Nous », c’est Aurore & Laetitia. On s’est rencontrées pendant nos études à Bordeaux, il y a quatre ans. Alors on ne va pas vous raconter de salades, comme quoi ça a été le coup de foudre amical, l’osmose instantanée de l’entrepreneuriat associé. Non, pas tout à fait. Mais c’est bien là qu’a débuté notre bout de chemin ensemble : dans la même école, les fesses assises sur les mêmes bancs de la même salle de classe. 

Nous en cours, face à notre avenir professionnel incertain

Et quelques temps après, nous nous sommes retrouvées : dans la même ville (dans la même rue en fait) pour notre stage de fin d’études, à travailler dans le même secteur : la MODE. 

Aaaaaah la Mode. On l’aime. On l’aime pour sa créativité, débordante et géniale, et aussi parce qu’elle peut devenir un formidable moyen d’expression. Vous avez déjà regardé Nouveau Look pour une Nouvelle Vie ? C’est un peu ça aussi, la magie de la mode. 

Mais on aime aussi la détester. Parce que, comme très bien illustré dans Confession d’une Accro au Shopping, elle peut nous rendre esclave de nos désirs et de la consommation.

Et, contrairement à ce que dit le film, ça n’a rien de mignon. Pire : ça pollue la planète. Et ça…

On vous épargne ce topo, parce qu’on Sait que vous Savez et que finalement le sujet aujourd’hui c’est : oui d’accord, mais alors keskonfé ? 

C’est la question qu’on s’est posée, à la fin de nos stages respectifs. Qu’est-ce qu’on fait, après 32 pauses déjeuner passées à discuter de shampooings secs sans emballage et de la nécessité ou non d’introduire des lombrics dans le compost. A se féliciter de nos réflexes éco-citoyens, avant de retourner travailler pour l’une des industries les plus polluantes au monde. 

C’est là que l’idée a germé. Enfin disons plus exactement, qu’elle a été semée. Parce qu’il a fallu deux ans, vingt-quatre mois de gestation paisible, avant qu’elle émerge pour de bon : on allait créer notre propre marque. 

Les grandes marques de mode (pour lesquelles on aurait sûrement adoré travailler, il y a quelques années), ont beaucoup (beaucoup) plus de moyens financiers pour opérer le changement vers l’éco-responsabilité. Mais elles sont aussi plus lentes, plus difficiles à manoeuvrer. Elles obéissent à des impératifs que les petites marques n’ont pas. 

Donc on s’est dit qu’à notre échelle, on serait déjà heureuses de travailler au quotidien pour faire changer la mode. Parce que fort heureusement, on est de plus en plus nombreuses à rêver d’une mode stylée, mais avec des valeurs !

Donc on se retrousse les manches, et on a bien l’intention de faire notre part du boulot. Et on sera encore plus heureuses si on est bien accompagnées 🙂