Livraison offerte en France Métropolitaine dès 20€ d'achat ✨
Sélectionner une page

Les Coulisses De L’industrie De La Mode : Une Pollution Fantôme…

Août 6, 2020

L’industrie de la mode est un gigantesque théâtre dont nous ne voyons principalement que la scène : celle des rayons et des étalages des magasins de nos centre-ville. Mais comme toute scène, elle est entourée de coulisses, plus ou moins vastes, plus ou moins cachées. Celles dont nous allons parler ne sont pas très réjouissantes, mais elles sont réelles.

Car aujourd’hui, révolutionner la mode, c’est montrer aux consomma-trices-eurs – à vous donc, qui êtes à la fois spectateurs et acteurs de cette industrie – qu’ils peuvent tous agir à leur échelle. Et en tant que jeune marque, c’est aussi s’inscrire dans une démarche éco-responsable pour montrer qu’il est possible d’être transparent et respectueux d’une vraie planète et de vraies personnes !

Qu’est ce que l’on entend par « pollution fantôme »?

Qu'est-ce que la pollution fantôme  ?
Non, on ne parle pas ici des fantômes des épisodes de Scooby-Doo de notre enfance (quoique franchement, on préférait!)

Prenons le jean par exemple: chaque année, plus de deux milliards de jeans sont vendus sur la planète, dont 63 millions en France. Ce « must-have » de notre garde-robe cache pourtant une catastrophe écologique liée à la quantité de déchets rejetée pour produire un seul jean : des litres d’eau, de colorants, de détergents et surtout des transports ultra-polluants pour le confectionner aux quatre coins du monde et enfin le livrer en magasin. 

On pourrait facilement blâmer le jean: le mauvais élève, le pas beau, celui plein de cochonneries polluantes. Mais s’il n’était finalement qu’un grain de sable dans la gigantesque industrie de la fash-fashion ?

Le jean : un grain de sable dans la gigantesque industrie de la fast fashion ?
mmmh miam miam miam tous ces petits grains de sable

Car finalement, ces grains de sable, ils sont partout et ils sont difficiles à voir…

Car lorsque nous nous baladons en ville, à flâner devant les vitrines des magasins, l’empreinte de chaque vêtement n’est pas inscrite à côté: elle nous reste invisible. Mais ce n’est pas le cas pour tous: certains pays sont hantés par ce fantôme invisible chez nous mais bien réel et dévastateur chez eux. Ainsi, l’eau qui coule dans la ville chinoise de Xitang est teintée des produits chimiques provenant des usines de coloration de l’industrie du jean. Les habitants comme les ouvriers sont en contact direct et permanent avec ces produits dangereux…

« Il ne faut pas oublier que cette pollution est indissociable du secteur de la mode fast-fashion tel qu’il existe actuellement. La mode à très bas prix et aux collections sans cesse renouvelées ne peut exister sans sa partie sombre. » rappelle Aurore, Co-fondatrice de REV Society.